Le licenciement pour faute grave

Le licenciement pour faute grave est le licenciement disciplinaire le plus souvent prononcé. La faute est considérée comme grave en cas de violation des obligations professionnelles rendant impossible le maintien du salarié dans l’entreprise. Les faits fautifs doivent être immédiatement imputés au salarié. Quelle procédure doit-être respectée ? Quelles sont les conséquences de ce type de licenciement ?

Exemples de fautes graves

La faute grave est appréciée selon les circonstances propres à chaque fait et peut être reconnue même si c’est la première fois que la faute est commise. Il n’y a pas de liste déterminée par la loi mais souvent la faute grave est admise dans ces cas :

  • Concurrence déloyale
  • Abandon de poste
  • Retards récurrents
  • Indiscipline
  • Insubordination du salarié
  • Vols dans l’entreprise
  • Etat d’ivresse pendant le temps de travail
  • Injures
  • Violence
  • Harcèlement (moral ou sexuel)

Conséquences sur les indemnités

En cas de licenciement pour faute grave, le salarié n’a pas droit aux indemnités licenciement et compensatrice de préavis. Il conserve le droit à l’indemnité compensatrice de congés payés s’il remplit les conditions pour en bénéficier. Après, en étant inscrit à Pôle emploi et s’il a assez cotisé, il peut bénéficier des allocations chômage.

Réalisation du préavis

Le licenciement pour faute grave engendre le départ immédiat du salarié. Le préavis ne peut être effectué, puisque la faute commisse empêche le maintien au sein de l’entreprise.

Licenciement faute grave

Procédure lors d’un licenciement pour faute grave

Mise à pied conservatoire

La mise à pied conservatoire est généralement adoptée lors d’une procédure disciplinaire, telle que le licenciement pour faute grave. Elle ne nécessite pas d’entretien préalable et il est conseillé d’indiquer la nature conservatoire de la mise à pied par LRAR plutôt que verbalement. La durée se calque sur la procédure disciplinaire et prend fin quand la sanction est prononcée. Durant cette période, le contrat de travail et la rémunération sont suspendus, le salarié ne peut plus aller au travail jusqu’à ce que la décision définitive soit prise.
Ensuite, la convocation à l’entretien préalable à un éventuel licenciement doit être envoyée rapidement.

Pour un CDI

L’entretien préalable à un éventuel licenciement doit se dérouler au moins 5 jours ouvrables après réception de la LRAR ou remise en main propre de la convocation. Pendant l’entretien, sont explicités par l’employeur les motifs de licenciement pour faute grave. La procédure de licenciement se finit par l’envoi de la lettre de licenciement par LRAR.

Pour un CDD

Si le contrat est un CDD, celui-ci peut être rompu de manière anticipée suite à une faute grave si une mise à pied conservatoire est demandée par l’employeur. La même procédure que pour un salarié en CDI est ensuite appliquée.

Licenciement Faute Procédures Sanction

Ajouter un commentaire