L’évaluation des risques professionnels

L’employeur a l’obligation d’assurer la sécurité de ses salariés et leur santé physique et mentale. Pour prévenir au mieux les risques auxquels sont soumis les salariés dans l’entreprise, il est tout d’abord nécessaire de les évaluer (EVRP). Cette évaluation est à renouveler régulièrement et doit être inscrite avec précision dans un Document Unique. Elle permet ainsi de mettre en œuvre des actions de prévention au niveau humain, technique et organisationnel.

Etapes de l’évaluation

Préparation

  • Définition des unités de travail (situation de travail dans laquelle un ou des salariés, pouvant avoir des fonctions différentes, n’ayant pas forcément les mêmes activités, sont exposées au même danger)
  • Analyse des accidents et des maladies professionnelles
  • Synthèse des incidents et dysfonctionnements
  • Regroupement des documents utiles (rapports du médecin du travail, certificats de contrôle d’organismes vérificateurs, fiches de sécurité transmises par les fournisseurs de produits…)
  • Indication des outils utilisés (grilles, logiciels…)

Identification et classement des risques

Un risque est l’éventualité qu’un individu soit soumis au danger auquel il est exposé. Pour les identifier, il faut repérer les dangers : ce qui pourrait causer un dommage physique ou mental à autrui.

Différentes classes de risques :

  • Risques psychosociaux (organisation du travail, relatio sociales)
  • Risques routiers (utilisation de véhicules)
  • Risques d’explosions (produits pulvérulents, gaz…)
  • Risques liés aux fluides sous haute pression (utilisation de compresseurs d’air, bouteilles de gaz transportables…)
  • Risques liés aux gestes répétés
  • Risques liés au bruit
  • Risques liés aux violences externes (contact téléphonique ou physique avec autrui)
  • Risques liés à l’éclairage (manque d’éclairage, type…)
  • Risques liés au travail en hauteur
  • Risques liés aux espaces confinés (fosses, égouts…)
  • Risques liés aux ambiances thermiques
  • Risques liés aux addictions (alcool, drogues…)

Il est nécessaire de faire le point sur : les conditions d’exposition aux dangers, éventuelles conséquences et leur gravité. Pour cela, il existe des outils en ligne. Il est également possible de s’aider de documents internes liés à la sécurité et la santé, des fiches de postes, etc., en observant le travail réalisé par le personnel.

Proposition d’actions de prévention

C’est après avoir identifié, classé et analysé les risques que sont déterminées et planifiées des actions de prévention adaptées. Par exemple :

  • Respect du code de la route, choix de l’itinéraire, entretien régulier des véhicules…
  • Réglage de la luminosité, installation d’éclairages…
  • Produits dangereux étiquetés, extincteurs, évacuations adaptées…
  • Rappel des postures à adopter en fonction du métier, matériel adapté et en bon état…
  • Aération et ventilation du local, chauffage…
  • Dialogue, réunions, consignes en cas d’agression, sensibilisation au harcèlement
  • Visites médicales périodiques
  • Gestion des pauses, alternance des tâches
  • Sensibilisation à l’utilisation de médicaments, de drogues, à la consommation d’alcool, de tabac

Elles sont bénéfiques pour l’entreprise, les salariés et leur travail.

Evaluation risques professionnels

Document unique

Ensuite, un document unique d’évaluation des risques professionnels est établi. Celui-ci est obligatoire pour toute entreprise d’au moins un salarié et peut être réalisé sur n’importe quel support. Pour les grandes entreprises, il doit y avoir un document unique par établissement. L’absence de celui-ci engendre le risque d’être condamné à payer une amende de 1500 euros.

Ce document permet de regrouper les résultats de l’évaluation et les actions à mettre en œuvre. Les données collectives permettant de juger l’exposition aux facteurs de pénibilité doit être indiquée, ainsi que la proportion de salariés exposée aux facteurs au-delà des seuils.

Il doit être mis à jour au moins une fois par an et dès lors qu’une unité de travail est modifiée, ou après un accident du travail. Il doit être mis à la disposition des salariés, des délégués du personnel, des membres du CHSCT, du médecin du travail, de l’inspecteur du travail et des agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale.

Utilité

Les informations obtenues permettent de faire un bilan des actions menées et celles à appliquer, repérer de nouveaux risques liés à de nouvelles organisations ou fonctionnements, mieux maitriser les risques déjà identifiés pour les diminuer.  

Risques psychosociaux Santé Organisation Bien-être Risques

Ajouter un commentaire